fbpx
Sélectionner une page

Comment en suis-je arrivée là ? , Il faut remonter à ….

Il y a 9 ans de cela, j’ai touché le fond du fond. Car pendant plusieurs années, j’ai été humiliée en privé et en public, dévalorisée en privé et en public, manipulée.

Mon hypersensibilité ne m’a pas aidé, j’étais en détresse et je ne savais pas comment faire pour m’en sortir.

Je ne comprenais pas pourquoi on me voulait du mal.

Personne autour de moi, ne voyait ni ne comprenait mon désespoir. D’ailleurs souvent, on me disait dans mon entourage que je me « victimisais » ! (C’était peut-être vrai, ou peut-être pas). C’est tellement dur, de ne pas être comprise par les personnes qui nous sont les plus proches.

J’ai perdu toute estime et toute confiance en moi ! 

Je suis passée par des moments très difficiles, des moments de gros doutes, ces moments où l’on ne sait plus où l’on en est, ces moments où l’on se dit « suis-je capable de le faire ? », « serai-je capable de surmonter cela ? », « serai-je assez forte ? », « si je me plantais ? », « est-ce que je fais le bon choix ? »

Je me suis posée ces questions la peur au ventre, mais je ne me suis pas laissée le choix, c’était soit je saute dans le vide pour changer de vie, soit je saute dans le vide pour mourir, car oui, j’ai eu envie de mourir.

Alors, j’ai choisi de vivre, je me suis choisi, moi !

Allah est grand et nous aime, et on a tendance à l’oublier, il a mis il y a 7 ans de ça, sur mon chemin, une personne qui changera ma vie, cette rencontre est l’une des causes de ce que je suis aujourd’hui.

Tous les jours, je m’entendais dire que j’étais capable, que je n’avais pas conscience de ma valeur, ni de mes capacités, que j’étais une personne formidable et extraordinaire, que j’étais belle, que j’étais une bonne maman, que je ne devais pas désespérer de la miséricorde d’Allah, que je devais avoir une confiance positive en ce que Allah me réservait, et que les personnes qui ne me connaissaient pas ne savent pas ce qu’elles perdent.

Au début, je n’entendais pas ce discours, car, pour moi, cette personne ne parlait pas de moi, ce n’était pas moi qu’elle décrivait …. J’étais une femme brisée.

Et, tous les jours, j’entendais ces mots magnifiques à mon sujet, et au fil du temps, en réfléchissant bien et en regardant mon parcourt, ce chemin tellement long, et en acceptant que je pouvais être capable de …, j’ai eu cette prise de conscience !

J’ai eu cette prise de conscience, car au fond de moi, je savais que j’étais une battante, je savais que je pouvais accomplir de grandes choses et j’avais cette rage en moi, cette colère, il fallait que je m’en serve de façon positive, en faire sortir quelque chose de bon.

Et donc, oui ! Je suis une personne avec des qualités et des défauts, oui ! J’ai fait des erreurs dans ma vie, et oui ! J’ai le droit au bonheur ! Oui ! J’ai le droit de réaliser mes rêves, et surtout, j’ai le droit d’être juste MOI.

Ça peut paraître bizarre que je te dise que je voulais juste avoir le droit d’être moi, ceci dit, pendant des années on a essayé de faire de moi une personne que je n’étais pas, au point que je ne savais plus qui j’étais.

Je ne crois pas au hasard. Si, cette personne est arrivée dans ma vie à ce moment précis, c’est que Allah, voulait que je sache qu’il ne m’oublie pas et que je ne devais pas désespérer de sa miséricorde ! Et que je devais me battre pour ma personne, car personne ne le ferait à ma place.

Alors, oui, j’ai connu la dévalorisation, l’absence totale de confiance en soi, une communication avec les autres totalement catastrophique, une zone de confort qui avait tellement rétréci que je n’avais plus aucune liberté de mouvement, au point que je me sentais nulle, bonne à rien, incapable de demander mon chemin si j’étais perdue, incapable d’entrer dans une boulangerie acheter du pain, incapable d’être sociable, incapable de répondre au téléphone, incapable de prendre le téléphone pour prendre rendez-vous chez le médecin !! J’avais peur de tout ! Même des gens.  C’était catastrophique !

Aujourd’hui, je suis plus forte que jamais, j’ai su renaître de mes cendres, j’ai su reprendre ma vie en main, el hamdolilah ! Même mes enfants, n’en reviennent pas !

J’avoue que moi-même, je me surprends à faire des choses que je n’aurais pas faites, il y a un an.

Cela n’a pas été facile, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain, il y a eu des hauts et bas et il y en aura toujours, car la vie est en perpétuel mouvement, et il faut s’adapter.

Aujourd’hui, j’ai confiance en moi et en la personne que je suis, j’ai confiance en mes capacités, je peux parler en public sans problème, je peux prendre le téléphone pour un rendez-vous chez le médecin, chose que j’étais encore incapable de faire il y a 3 ans.

Ma zone de confort, s’élargi de plus en plus, ma communication avec autrui s’est nettement améliorée, et en ce moment je travaille encore sur différents points qui sont en nettes amélioration comme mon organisation et ma procrastination.

Aujourd’hui, je n’en veux à personne, ni aux personnes qui ont contribué à ma perte de confiance en moi, ni aux personnes qui ne m’ont pas soutenues, ni aux personnes qui m’ont soutenues maladroitement, ni aux personnes qui n’ont pas cru et ne croient pas en moi, au contraire, j’ai envie de leur dire MERCI ! Car c’est grâce à elles entre autres que je suis la femme que je suis à présent.

Pour finir, j’aimerai te dire, que dans cette épreuve, j’ai eu la chance de tomber sur une personne qui m’a comprise, une personne qui a su m’écouter et surtout qui a su m’entendre, une personne qui m’a accompagné, et que je remercie du fond du cœur !

Et c’est comme ça, que j’en suis arrivée là, à te proposer de t’accompagner à mon tour in shaa Allah ….

Et si tu souhaites en savoir un peu plus sur moi et sur ce qui me motive, rendez-vous ICI

 

A côté de la difficulté est, certes, une facilité ! A côté de la difficulté, est certes, une facilité ! (Coran 94.6-7)